Décidemment, la Maroc n’a pas fini de surprendre ! Après ses succès évidents dans le domaine touristique puis industriel, c’est vers le e-commerce que se tourne désormais le royaume. On estime qu’il y aurait plus de 15 millions d’internautes. L’arrivée de la 3G a boosté le phénomène offrant aux marocains une mobilité totale. Ou que l’on se trouve, on peut aujourd’hui être connecté 24 heures/24 et 7 jours/7. Le taux de bancarisation atteint des sommets avec pas moins de 8 millions de porteurs de cartes bleues. C’est un signal pour l’économie numérique toute entière : cela signifie que les barrières au commerce en ligne s’estompent peu à peu. Les marocains jadis très méfiants vis-à-vis des échanges virtuels sont de plus en plus conquis par ce nouveau mode de commerce. Les sites d’annonces ( par exemple www.bikhir.ma ), qui rassemblent chaque jour des milliers d’internautes témoignent de cet engouement. Leur audience ne cesse de s’accroître au grand bénéfice de ces vendeurs d’un nouveau genre.

Le pari était, pourtant, loin d’être gagné. On connait, en effet, l’attachement du grand public pour les commerçants traditionnels et ce goût prononcé pour la négociation. Les sites marchands et les sites d’annonces ne pourront jamais remplacer le contact humain. Mais, ils apportent une souplesse d’utilisation, une accessibilité, une disponibilité sans commune mesure avec les « vrais » commerçants. La confiance, gage de tous les échanges, gagne progressivement du terrain. Les flux financiers sont très sécurisés. Et les garanties de délais de livraison sont devenues la norme. Il suffit, parfois, de quelques heures, pour se faire livrer le tout dernier smartphone sorti ou son tout nouvel ordinateur  : un argument essentiel pour ceux qui ont peu de temps, qui n’habitent pas à proximité de commerçants ou qui recherchent des produits spécifiques. Sur les sites d’annonces, tout s’achète et tout ce vend et le stock comme le catalogue sont illimités.