Parmi les villes du sud-ouest de la France, Toulouse fait partie des villes les plus sollicitées. Qu’en est-il alors du marché du neuf à Toulouse ?

Vers une sortie de crise ?

A en croire les observateurs, il semble que les indicateurs de vente soient prometteurs en ce qui concerne le marché de l’immobilier neuf à Toulouse. En effet, l’année 2014 s’est finie sur une note positive, soit une hausse de 16.1% des ventes nettes par rapport à 2013. Et pourtant, les craintes étaient nombreuses autour de l’instauration de la loi Pinel lors du dernier trimestre 2014.
Finalement, le bilan aura été positif en ce qui concerne l’impact de cette loi Pinel sur l’immobilier neuf à Toulouse, car les investisseurs ont été nombreux à répondre présent à l’appel. L’on peut donc espérer que grâce à ce nouveau dispositif fiscal, le marché du neuf à Toulouse va pouvoir continuer sur cette note positive.périphérique-toulouse

Des prix raisonnables par rapport aux autres villes

Il faut savoir que le prix de l’immobilier neuf à Toulouse est encore abordable par rapport à certaines autres villes. En effet, il se trouve que le mètre carré de l’immobilier neuf tourne autour de 2749 euros, alors que dans les villes comme Lyon ou Bordeaux, les prix du mètre carré sont respectivement de 3190 et 3070 euros.

Quid de la demande locative ?

Toulouse est une ville privilégiée en ce qui concerne la demande locative. En effet, beaucoup de paramètres font que celle-ci ne cesse d’augmenter chaque année. L’on peut citer par exemple la démographie locale qui ne cesse de croître, l’avènement de grandes entreprises industrielles qui créent de nouveaux emplois et qui attirent de nouveaux ménages à s’installer, sans compter les étudiants qui viennent en masse à Toulouse chaque année. Les investisseurs immobiliers peuvent donc se rassurer car Toulouse reste encore une ville très intéressante pour un placement à long terme.toulouse

Et dans les alentours de Toulouse ?

La périphérie de Toulouse est également très sollicitée, la demande locative y est également importante. En effet, de nombreuses personnes sont attirées par cette région pour le calme qui y règne, et surtout parce qu’il y fait bon vivre. Salariés, étudiants et retraités n’hésitent donc pas à choisir un logement en périphérie, surtout si les prix peuvent fléchir un peu par rapport à ceux de l’aire urbaine.

La primo-accession encore hésitante

Actuellement, il faut savoir que 65% des habitants toulousains sont locataires à Toulouse. En effet, les ménages hésitent encore à acquérir un logement neuf dans la mesure où leurs moyens ne leur permettent pas encore de s’engager pour un investissement de cette taille. A ce titre, les investisseurs immobiliers constituent alors des acteurs importants pour l’agrandissement du parc immobilier locatif, de manière à assurer la demande locative de tous ces ménages qui ne peuvent encore se lancer dans la primo-accession.
En parallèle, les élus de Toulouse planchent actuellement sur un projet d’instaurer un prêt à taux zéro local, de manière à permettre aux jeunes ménages d’acheter leur propre bien immobilier. Pourquoi pas, ces jeunes-là pourraient alors ensuite mettre leur bien immobilier en location dans le cadre de la loi Pinel.