Aujourd’hui, la colocation se répand à cause de la nécessité ou juste par envie de cohabiter avec d’autres locataires. Cela s’avère d’autant plus exact notamment pour les étudiants souhaitant partager par exemple un appartement dans le but de diviser le coût du loyer. Dans ce cas, la signature du bail se fait ensemble, généralement avec une clause de solidarité.

Les conditions y afférentes

La colocation est un moyen permettant de vivre dans une maison plus spacieuse, tout en divisant le prix du loyer. Toutefois, la raison financière n’est pas la seule condition qui incite les gens à sélectionner ce mode de vie. Cela dit, certaines en considèrent comme une opportunité de mettre en place une ambiance conviviale ou communautaire. Il s’agit donc souvent d’une location entre individus qui ne se connaissent pas avant de se cohabiter. Ce système n’est pas encore bien encadré par la loi. En revanche, les colocataires devront se permettre de vivre en bonne entente. Pour cela, afin d’éviter tout éventuel problème, il est fortement recommandé d’établir en quelque sorte une réglementation intérieure. Cette dernière a pour but de mettre en place les modes de vie de chacun dans l’appartement. C’est aussi une meilleure façon de gérer au mieux les dépenses communes telles que le prix d’électricité, de chauffage, de la connexion internet ou les responsabilités de chacun vis-à-vis de l’entretien du logement entre autres. Cette organisation implique également les critères d’hébergement provisoire d’amis ou de parents.

Les colocataires peuvent signer le contrat soit individuellement soit communément. Mais pour devenir colocataire, chaque occupant de la maison devra participer à la signature du bail. À l’opposé, les individus qui partagent le même logement sans lien juridique avec d’autres locataires signataires du contrat sont considérés comme occupants sans titre.

Un contrat par colocataire

En termes d’un bail de location indépendante, le bailleur procure au locataire le droit de jouissance parfaite de certains coins tels que la chambre, la salle de bains (lorsque la maison en compte plusieurs) et d’autres pièces communes au reste de logement (la salle de cuisine, le séjour, les toilettes…). En principe, comme mentionné dans le bail, le locataire sera tenu de rembourser le loyer et les charges au propriétaire. Le délai de cette convention n’est pas forcément identique à celui des autres contrats. En ce qui concerne les contrats de colocations multiples, les colocataires sont naturellement indépendants les uns des autres. Vous pourrez encore vous informer sur cette question, pour en savoir plus.