La maladie de Parkinson ne se guérit pas pour l’instant. Par contre, il est possible de soulager les personnes qui en sont atteintes avec des traitements naturels. L’acupuncture, la technique d’Alexander et les cures thermales sont de bons compromis.

L’acupuncture

Cette méthode naturelle est excellente pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Elle aide à débloquer certains méridiens énergétiques parcourant le corps. A l’aide d’aiguilles fines, le médecin va suivre chaque méridien concerné et planter ces dernières à certains endroits stratégiques. Ces aiguilles sont insérées à la surface de la peau et ne sont en aucun cas douloureuses. Une séance dure de 15 à 40 minutes selon le résultat souhaité. L’acupuncture permet ainsi d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson sans qu’ils ne subissent aucun effet secondaire.

La technique d’Alexander

La technique d’Alexander est une rééducation posturale. Dans le cadre de la maladie de Parkinson, elle est utilisée pour apprendre les bonnes postures et essayer de faire partir les mauvaises. En effet, la maladie de Parkinson entraine une sorte de rigidité musculaire, des mauvaises postures surtout au niveau du dos et de la tête. Les patients apprennent à améliorer la coordination de leurs mouvements, de retrouver un équilibre et d’avoir les muscles moins tendus. Les patients perdent ainsi moins vite leur autonomie et sont moins touchés par la dépression associée à cette maladie. Ils réapprennent à respirer, marcher, s’asseoir et mieux se mouvoir dans l’espace.

Les cures thermales

Certaines cures thermales sont aussi spécialisées dans la maladie de Parkinson. Les programmes portent essentiellement sur la relaxation, la rééducation et quelques activités complémentaires comme le Qi-Qong ou la gymnastique. Ces cures arrivent à stimuler durablement l’équilibre et la mobilité du patient. Elles durent en général trois semaines et il faut y aller tous les ans pour qu’elles soient efficaces.