La plupart des parcs de loisirs sont saisonniers. Ils ouvrent vers le mi-printemps, à l’approche de la période des vacances. Naturellement, il existe des parcs qui ouvrent toute l’année. Dans ce cas, ils changent les attractions qui y sont disponibles en fonction de la saison.

Les parcs de loisirs : une activité qui rapporte

D’après le syndicat national des espaces de loisirs, la France compte plus de 250 parcs de loisirs (l’institution ne compte que les parcs inscrits chez elles). Si l’on prend en considération les chiffres donnés par Xerfi, on serait à 600 parcs ! C’est dire combien la concurrence est rude ! Pour s’offrir un peu plus de visibilité dans ce secteur hautement concurrentiel, il est conseillé aux gérants de parcs de loisirs de créer un site Internet, voire plusieurs sites internet. Les parcs de loisir sont lucratifs. Voilà pourquoi il est important de travailler sa communication, aussi bien digitale que classique (télévisée, radiophonique, presse papier…). Il suffit de prendre les statistiques de 2015 pour se rendre compte combien ces temples de l’amusement sont prisés du public : cette année-là, 52 millions de personnes ont visité les parcs français. Cette affluence a permis d’enregistrer 2,2 milliards de chiffre d’affaires !

Parcs de loisir et parcs d’attraction

On a tendance à utiliser ces deux mots en synonyme. Eh bien, sachez dorénavant qu’il s’agit là d’un abus de langage. Un parc d’attraction est une catégorie de parc de loisir. Par exemple, Disneyland est un parc d’attraction et, à ce titre, il constitue un parc de loisirs. Le Puy du Fou est un parc de loisirs, mais il ne peut être catégorisé en parc d’attraction. On dira que le parc d’attraction est une fête foraine géante qui a lieu soit toute l’année, soit sur une longue période. Quant au parc de loisirs, il s’agit d’un lieu dédié au divertissement familial, qu’il soit culturel ou totalement orienté vers l’amusement. Autre précision indispensable : si le parc est à visée culturelle, son objectif doit être atteint sur la base d’activités ludiques et de divertissements. Les centres purement culturels ne peuvent être considérés comme des parcs de loisirs combien même ils sont vastes. Le Futuroscope, par exemple est un parc de loisirs. En revanche, les complexes cinématographiques et les multiplexes cinématographiques ne constituent pas des parcs de loisirs.

Un secteur où la créativité est reine

?Pourquoi l’inventivité est-il si important dans le domaine des parcs de loisirs ? L’explication est assez simple : un parc n’a pas intérêt à ce que les visiteurs se lassent en retrouvant, à chaque visite, les mêmes activités et les mêmes spectacles. Une grande partie de ces visiteurs sont des étrangers venus là dans le cadre d’un séjour touristique. Pour susciter en eux l’envie d’y revenir encore et encore, il est indispensable de leur proposer des nouveautés. Ce constat vaut également pour les visiteurs nationaux. Un parc de loisir est commercialement et financièrement viable à partir du moment où 60 % des primovisiteurs (les visiteurs qui y sont venus une fois pour découvrir) renouvellent leur séjour au sein du parc. Afin d’alimenter cette créativité, tout est mis à profit, y compris, les nouvelles technologies.