Ideelogique.com

L'info du web accessible 24/24

Cigarette électronique : l’inhalation de la vapeur est-elle sans danger ?

La cigarette électronique est un appareil électronique qui produit, à la place de la fumée de la clope, de la vapeur aromatisée. Celle-ci se compose, généralement, de produits sains pour l’organisme. Les vapoteurs restent toutefois sceptiques quant à ses effets sur le long terme. Faisons le point pour chasser ces inquiétudes.

Une base non-toxique

Pour produire de la vapeur, la batterie de la cigarette électronique délivre un courant électrique lorsqu’on active le dispositif. Ce courant traverse ensuite la résistance pour la réchauffer. Comme celle-ci est en contact direct avec la mèche imbibée d’e-liquide, elle va générer une évaporation et donc de la vapeur.

Pour ceux qui veulent utiliser une cigarette electronique grosse fumée, il faut privilégier les e-liquides à forte dose de glycérine végétale. Ce produit influe effectivement sur la quantité de vapeur tandis que le propylène glycol est responsable du hit qui atterrit dans la gorge.

Ces deux substances forment la base des e-liquides. Elles sont non-toxiques pour l’organisme et sont d’ailleurs utilisées dans d’autres produits de consommation courante comme les sirops, les dentifrices, certains médicaments …

Des parfums non-dangereux

Le côté original qui séduit tant chez la vape c’est sa vapeur aromatisée. Ici, on ne parle pas du goût du tabac, même si certains e-liquides le font ressentir, mais d’arômes plus gourmands et parfois même plus recherchés. On trouve également des saveurs insolites et des cocktails qui font saliver.

En règle générale, ces parfums n’ont rien de toxiques ou de dangereux. Toutefois, il faut faire attention à certains arômes et lire attentivement l’étiquette. La loi autorise l’utilisation d’arômes naturels et d’arômes artificiels. Si pour les premiers, aucun problème majeur ne se pose, pour les seconds, la nature des ingrédients utilisés doit éveiller l’attention. Si vous voyez des produits inconnus, surtout ceux affichés sous leur symbole chimique, il est conseillé de se renseigner dessus avant de se risquer à l’inhaler. Ne vous limitez pas à savoir de quoi il s’agit, cherchez à savoir leurs effets sur l’organisme suite à leur inhalation. Il est important de savoir que les conséquences d’un produit à l’ingestion ne sont pas forcément les mêmes suite à leur inhalation.

Et concernant les parfums en général, mieux vaut éviter ceux auxquels vous êtes allergique. Si le fait de manger des fraises vous cause des allergies, évitez de choisir un e-liquide à la fraise. Et comme on parle déjà de fruits rouges, retenez que certains d’entre eux peuvent produire des produits néfastes lorsqu’ils s’évaporent.

Enfin, toujours en ce qui concerne les e-liquides et leurs parfums, il est conseillé, autant que possible, de choisir des flacons à parfum unique. Certains cocktails peuvent engendrer des réactions chimiques entre les différents ingrédients lorsqu’ils sont réchauffés.

D’autres substances facultatives, mais autorisées

Outre le propylène glycol, la glycérine végétale et l’arôme, les e-liquides peuvent également se composer de :

  • La nicotine :

Cette dernière est autorisée, mais seulement lorsque son taux est limité à 20 mg/ml. Au-delà de ce seuil, il est strictement déconseillé de vapoter un tel liquide puisque le risque de dépendance est alors plus important.

Grâce au seuil légal instauré, la vape n’expose pas les vapoteurs à des risques énormes. Certes, le risque de dépendance demeure, mais il reste faible étant donné la faible teneur autorisée et l’absence de combustion. Sachez que dans la cigarette classique, non seulement le taux de nicotine est élevé, mais la combustion renforce encore plus ses effets. Avec une température de chauffe d’environ 800°C, la combustion induit une absorption rapide de la nicotine par l’organisme. Et bien sûr, elle génère aussi du goudron, du monoxyde de carbone, des particules fines …

Avec l’e-cigarette, la température de chauffe est limitée à environ 250°C. Cela génère une absorption lente et ne dégage pas du monoxyde de carbone, du goudron ou encore des particules fines. Il est toutefois conseillé de bien respecter la température de chauffe conseillée laquelle peut varier d’un dispositif à l’autre.

Il faut souligner que le vapoteur n’est pas obligé d’utiliser un liquide pour cigarette électronique contenant de la nicotine. Certains en sont totalement dépourvus alors que d’autres n’en contiennent qu’une toute petite quantité, inférieure à 20 mg/ml. Et si vous avez l’habitude de confectionner vos liquides vous-mêmes, vous pouvez même faire un rapide calcul pour obtenir le taux de nicotine adapté à votre niveau de dépendance.

  • L’alcool :

Certains e-liquides contiennent aussi de l’alcool ce qui n’est pas illégal. Toutefois, pour protéger votre santé et surtout, pour supprimer le risque de devenir alcoolique, la loi en limite le taux à 1 %. Si l’étiquette du flacon indique ce seuil, vous ne risquez rien. Par contre, si le chiffre va au-delà du 1 ou n’est pas marqué après la mention « alcool », mieux vaut choisir un autre flacon. Vous pouvez aussi faire le choix d’un liquide non alcoolisé.