L'info du web accessible 24/24
L'info du web accessible 24/24
Tout savoir sur la réhabilitation d’un bâtiment

Tout savoir sur la réhabilitation d’un bâtiment

Si vous vous demandez ce qu’est vraiment une réhabilitation. C’est un domaine qui n’a jamais été clair pour un grand nombre de personne. Construire, rénover ou décorer sont des termes qui sont assez évidents. Mais quand on parle de réhabilitation, cela apparait moins précis. Et c’est sans doute la même chose pour tout le monde. Voilà pourquoi il faut rectifier cette situation et définir de manière claire et concise ce qu’est vraiment la réhabilitation.

Le cas de changement d’utilisation

Dans certains cas, la réhabilitation peut emmener à changer un lieu pour une toute autre activité. Par exemple, un ancien centre commercial devient une banque. Il conserve son extérieur, mais l’intérieur a été entièrement repensé. C’est la même histoire avec la réhabilitation bâtiment à Madagascar. À l’exemple d’un grand hôtel à Antaninarenina, c’est aussi la rénovation d’un bâtiment qui était autrefois un centre commercial. Toutefois, Il est également important que le bâtiment réponde aux normes en vigueur (électricité, sanitaire, isolation thermique, menuiserie, équipement). La structure se retrouve en même temps améliorée. Cela s’appelle un changement de destination.

Comment est défini ce qu’est une réhabilitation ?

Réhabiliter c’est la modifier un bâtiment ou une bâtisse tout en préservant son aspect et en améliorant son confort intérieur. La rénovation doit respecter les caractéristiques architecturales du bâtiment. Autrement dit, conserver une partie de l’ouvrage (façade ou structure, entière ou partielle), en modifier plus ou moins une autre. C’est aussi gratter les murs, enlever tout, et il ne reste que la façade. La rénovation concerne généralement les bâtiments anciens tels que les granges, les anciennes fermes et les anciennes églises. Tandis que la réhabilitation est pour un bâtiment qui figure comme patrimoine. Pareillement si l’édifice est classé monument historique, il a besoin d’être réhabilité pour des raisons culturelles.

Savoir bien différencier rénovation et réhabilitation

Ces deux opérations sont souvent confondues. En fait, la rénovation et la réhabilitation ont le même objectif. Autrement dit, pour améliorer la maison. Mais ce n’est pas pareil. La nuance est dans la méthode utilisée. Qu’il s’agisse de travaux simples (maçonnerie, plomberie, etc.) ou de gros œuvre (rénovation totale), la réhabilitation ne détruit pas le bien. Son but est de préserver l’état général de la maison sans altérer son caractère historique ou architectural. C’est le remplacement des matériaux et des parties endommagées ou vétustes de l’espace de vie par simple démolition. Le but est de tout gratter et de construire quelque chose de nouveau. Ne confondez pas non plus réhabilitation et restauration. Vous n’avez qu’à remettre un bâtiment dans son état d’origine sans améliorer ses propriétés.

Le côté juridique d’une réhabilitation

Quelqu’un qui veut faire une réhabilitation ne sait pas toujours quelles démarches entreprendre. La procédure n’est pas la même pour une extension de maison que pour le remplacement de fenêtres. Le dépôt d’un permis de construire ou d’une déclaration prérequis sont les deux étapes nécessaires à la réalisation des travaux. Celles-ci sont parfois mandatées et permettent aux gestionnaires de s’assurer que les projets de construction ou de rénovation respectent les règles d’urbanisme en vigueur sur le territoire.

Comme toute construction, en règle générale, une demande préalable est requise. Dans certains cas un permis d’urbanisme est même nécessaire (changement de destination, changement de réserve, installation de lucarnes). Ces étapes sont faciles si vous êtes bien guidé mais implique la présentation de plans précis. Le concours d’un architecte est d’autant plus recommandée voire, dans certains cas, obligatoire. Cependant, vous devez prévoir quelques mois pour une réponse à votre demande d’autorisation.

La norme en construction à Madagascar

L’application des normes internationales présente plusieurs avantages techniques et contribue efficacement au progrès social, économique et environnemental. Un développement systématique qui impacte à la fois l’industrie, les régulateurs et les consommateurs. Pour la construction, une classification des normes est faite selon le type d’usage : résidentiel, commercial, industriel, travaux publics (TP) et institutionnel. Les procédés de construction se sont diversifiés ces dernières années et de nouveaux procédés sont adoptés par les industriels, artisans et fabricants.