L’apnée du sommeil est un trouble de la respiration qui se caractérise par une interruption involontaire de la respiration durant le sommeil. Les individus en surpoids ainsi que les personnes âgées sont majoritairement touchées par cette affection. Mai ce n’est pas une fatalité. Des solutions thérapeutiques simples permettent de traiter ce syndrome efficacement. A condition d’être dépisté…

De quoi s’agit-il ?

siesteL’apnée du sommeil se manifeste par un arrêt de la respiration pendant une dizaine à une trentaine de secondes, et cela plusieurs fois dans la nuit. La fréquence de ces arrêts varie selon la gravité de la pathologie. Les cas les moins graves y sont moins sujets tandis que les plus sévères sont davantage affectés par cette pause de la respiration durant leur sommeil.

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil est la forme la plus fréquente. Mais il existe également l’apnée centrale du sommeil qui reste rare. Elle est présente chez les personnes ayant des troubles neurologiques.

Quelles sont les causes ?

dormirLes origines de cette affection sont multiples. Le surpoids tout comme l’obésité sont les causes les plus courantes de l’apnée du sommeil. La présence d’un surplus de graisse dans l’arrière-gorge entraine une obstruction des voies aériennes. Ce qui conduit à une trêve momentanée de la respiration au cours du sommeil.

Une prédisposition génétique est un autre facteur à prendre en considération. De même, la physiologie du corps peut la favoriser. Citons par exemple la présence d’amygdales volumineuses, une forme encombrante de la langue, etc. Enfin, les médicaments et certaines substances comme l’alcool influent sur la survenue de l’apnée du sommeil.

Quels traitements ?

L’apnée du sommeil peut s’éviter en adoptant une bonne hygiène de vie. Cela passe par le respect de la durée du sommeil, une alimentation équilibrée, la pratique d’activités sportives…

Le port d’un masque de ventilation (PPC) ou d’une orthèse d’avancée mandibulaire améliore également la respiration et évite l’apnée du sommeil.

Enfin, une intervention chirurgicale est aussi envisageable pour enlever une partie des tissus mous qui recouvrent les voies aériennes.