Après avoir considéré toutes les options qui s’offraient à vous pour investir, vous avez finalement opté pour le crowdfunding immobilier ? Ce choix judicieux vous évitera les risques encourus sur les marchés de capitaux, tout en vous offrant une rentabilité équivalente. Au fil de cet article, vous découvrirez quelques conseils pour bien démarrer.

Bien comprendre d’où vient le crowdfunding immobilier

A l’origine, le financement participatif est apparu dans le domaine de la création artistique. C’est avec des plateformes telles que Kickstarter.com que de nombreux projets ont pu voir le jour en contournant les apports financiers traditionnels. De cette manière, de nombreux créateurs ont pu se passer des banques et faire appel à leur communauté pour produire leurs idées.

Le principe est simple : des musiciens, des concepteurs vidéoludiques et des réalisateurs organisent une collecte de fonds pour élaborer leur projet. Les personnes qui apprécient leur travail fournissent une somme d’argent de leur choix pour les aider à en financer la création. En retour, si la levée aboutit, ils peuvent par exemple recevoir un exemplaire du CD, du jeu vidéo ou du film.

Face au succès de telles pratiques, d’autres secteurs se sont emparés du phénomène. Récemment, c’est le marché du logement qui a vu apparaître sur le web plusieurs portails consacrés au financement participatif de construction immobilière.

L’investissement participatif dans le domaine du logement

Le crowdfunding immobilier fonctionne un peu différemment, dans la mesure où les sommes brassées ne sont bien sûr pas les mêmes. Les promoteurs qui proposent leurs projets de construction sur les plateformes dédiées à cette pratique n’ont d’ailleurs pas un réel intérêt à se faire entièrement financer par des tiers.

Cela leur permet surtout de compléter leur apport personnel et d’ainsi diversifier leur activité. Ils ne mettent pas tous les œufs dans le même panier, ce qui les sécurise. C’est aussi un moyen pour eux d’obtenir un meilleur financement auprès des banques : meilleur est l’apport, meilleur est le taux d’intérêt d’un crédit.

Lorsqu’un chantier se termine et après que les logements neufs soient vendus, les contributeurs perçoivent leur part des ventes. Cette part s’élève en proportion de la participation de chacun. Les participants peuvent d’ailleurs en toute transparence constater l’évolution du projet au cours de son élaboration. Les gros investisseurs comme les petits épargnants sont en mesure de faire fructifier leurs économies, puisque les mises de départ tournent souvent autour de 1 000€.

Pourquoi ce placement est-il valable ?

Si vous êtes intéressé par le crowdfunding immobilier, c’est sans doute parce qu’il allie une dimension sécurisante à une rentabilité évidente. En effet, il offre un rendement équivalent aux placements réalisés sur les marchés de capitaux, à savoir entre 10 et 12%. Mais la Bourse est un milieu très fluctuant, dont les brusques embardées à la hausse comme à a baisse peuvent survenir à tout instant, sans prévenir.

De son côté, le secteur du logement a toujours été une valeur sûre pour les investisseurs. Si la rentabilité était jusqu’à maintenant inférieure aux transactions boursières, ce n’est plus forcément le cas avec le crowdfunding immobilier. Cette pratique permet d’obtenir un véritable retour sur investissement, à court ou moyen terme.

Autrement dit, si vous souhaitez faire travailler votre épargne ailleurs que sur vos livrets bancaires peu rentables (cliquez ici pour plus d’informations) et sans risquer de tout perdre sur un coup du sort, vous tenez peut-être là une solution idéale.

Pour une première tentative, vous n’êtes pas obligé de miser trop gros. Commencer avec 1 000€ est une bonne manière de prendre la température et de se familiariser avec cette forme de placement. Mais si vous n’avez pas froid aux yeux, vous pouvez multiplier les petites sommes sur plusieurs projets, et ainsi diversifier vos investissements. Vos risques en seront d’autant plus atténués !