Le MMA ou Mixed Martial art est un sport de combat qui mélange tous les arts martiaux. Le combat commence debout mais peut se finir au sol par une soumission. Pour assurer la sécurité des combattants, un règlement a été établi comme dans n’importe quelle autre discipline sportive.

Le Pride et L’UFC On peut considérer la famille Gracie comme les grands propulseurs du MMA moderne. En effet, cette famille de Rio organisait des combats pour prouver la supériorité de leur art :le Jiu Jitsu. Aucune règle lors de ces combats, seule la victoire comptait. C’était le « Valué Tudo » qui signifie « Tout est permis ».

Les combats gagnant en renommé, un premier championnat fut organisé et retransmis à la télévision le 12 Novembre 1993 : c’est l’UFC 1. Sans règles ni catégories de poids, ces combats ne font pas l’unanimité et sont interdits pendant presque 5 ans aux USA. De son côté le Japon organise le « Pride Fighting Championship » avec un règlement, des catégories de poids, des rounds et des juges pour arbitrer ces duels.

C’est en 2001 que Dana White, actuel patron de l’UFC, décide de reprendre cette organisation avec deux associés. Les combattants sont classés par catégorie de poids, respectent un règlement et combattent, pour leur sécurité dans un octogone fermé qui les empêche de tomber du ring.

Un règlement bien précis

  1. L’UFC a mis au point 9 catégories de poids adoptées en 2003. La pesée des combattants a lieu la veille de la compétition en présence des officiels et, bien souvent, de la presse.
  2. Les combats se déroulent en 3×5 rounds ou en 5×5 pour un championnat ou le titre avec la ceinture. Une minute de repos entre chaque round est observée.
  3. Un combat se gagne par :
  • KO technique ou TKO : le combattant n’est plus en mesure de se défendre car il est sonné ou alors il encaisse trop de coups sans se défendre. Le médecin arrête le combat sur coupure importante. Le coach jette la serviette dans la cage pour arrêter
    le combat.
  • Par soumission : comme au judo, le combattant signale à l’arbitre signale son abandon verbalement ou en tapant trois fois le sol.

En plus de ces 2 KO techniques, les juges peuvent arrêter le combat en cas de non-respect des règles. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, tous les coups ne sont pas permis même s’il s’agit de free-fight. Ainsi, les coups portés aux parties génitales, un doigt dans l’œil ou les morsures sont totalement interdits, tout comme les coups portés derrière la tête, la colonne vertébrale ou dans les reins. Les kicks ne doivent pas toucher l’articulation du genou et, même si les frappes sont autorisées sur un adversaire au sol, les coups de pieds et genoux sont quant à eux interdits.